Pourquoi y a-t-il autant de communication autour du coronavirus ?

La pandémie de coronavirus a changé notre quotidien depuis la mi-mars 2020. La majeure partie des français sont cloitrés chez eux, et attendent plus qu’une chose : que le plan de déconfinement prévu par le gouvernement de M. Philippe commence à devenir une réalité. En attendant, tous ceux qui sont au chômage partiel, et qui doivent rester chez eux malgré tout, ont du temps pour se documenter, pour s’informer, pour tenter de comprendre d’abord ce qui se passe du point de vue médical, ensuite comment la crise est gérée à l’étranger et enfin les répercussions sur l’économie qui sont déjà visibles comme celles qui sont à prévoir.

Comme si cela ne suffisait pas, ils reçoivent aussi en permanence des communications leur indiquant qu’ils peuvent toujours compter sur leurs prestataires habituels pendant le confinement.

Chacun affirme sa présence malgré la crise

Qu’il s’agisse des assureurs – auto, habitation, école… – ou bien des banques, sans oublier l’URSSAF pour les professionnels, tous ces services se font un devoir de communiquer à leurs usagers et à leurs clients que malgré la crise que le monde traverse, ils sont bien présents. Le résultat concret de tout cela, c’est que malgré le fait que l’on n’utilise pas sa voiture, que les enfants sont à la maison, que les agences bancaires sont fermées et que l’Etat a conscience que de nombreuses entreprises ont une activité qui est au point mort au point de leur proposer une aide financière, les boîtes email se remplissent de courriels ayant dans leur objet respectif le mot-clé « coronavirus ».

vocabulaire coronavirus

A croire que les informations à la télévision, à a radio, dans les journaux ou encore en ligne ne mentionnaient pas assez ce vocable. C’est comme si, tout-à-coup, il était suprêmement important pour tout le monde d’énoncer qu’il était au courant que la crise avait lieu.

Des SERP pleines de coronavirus

Pour ce qui concerne la communication, les emails mentionnant la pandémie sont donc de rigueur. Mais cela va encore plus loin. Non seulement tout le monde partage sur les réseaux sociaux des articles, des vidéos, des reportages, des blagues… au sujet du Covid-19 et de ces conséquences – du confinement à la crise économique en passant par les appréhensions suscitées par l’application StopCovid… – mais en plus les SERP sont faites de lignes mentionnant Covid-19, coronavirus, confinement.

En clair, quel que soit le sujet sur lequel on recherche une information, les résultats de Google n’affichent quasiment plus que des pages dont les titres comprennent un mot de vocabulaire du champs lexical du coronavirus. Cela peut laisser sous-entendre que finalement, ce virus ne fait pas que le malheur des internautes.